Membres de Jury Édition 2017

Pour la deuxième édition, les organisateurs ont de nouveau pu compter sur des membres de Jury internationaux très prestigieux venant d’horizons différents qui inspirent les jeunes.

Membres de jury 2017

Docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne, elle vit à Paris depuis 1979. Elle travaille durant dix ans à l'Institut du monde arabe - à différents postes dont celui de rédactrice du magazine Qantara - avant de devenir journaliste à l'hebdomadaire Jeune Afrique en 1996.

Mariée à un Français et mère de deux enfants, Fawzia Zouari a fait le choix de défendre les valeurs de la République, dont la laïcité qu'elle estime en danger en raison de la montée de l'islamisme. La caravane des chimères, publié en 1989, et qui reprend le sujet de sa thèse, est consacré au parcours de Valentine de Saint-Point, petite-nièce d'Alphonse de Lamartine, égérie du futurisme, qui a voulu réconcilier l'Orient et l'Occident, et s'est installée au Caire après s'être convertie à l'islam. Ses ouvrages suivants évoquent, pour la plupart, la femme maghrébine installée en Europe occidentale. Ce pays dont je meurs, publié en 1999 et inspiré d'un fait divers, raconte de façon romancée la vie de deux filles d'ouvrier algérien, déracinées, aussi mal à l'aise dans leur société d'origine que dans leur pays d'accueil. La Retournée, roman publié en 2002, narre sur un ton ironique la vie d'une intellectuelle tunisienne vivant en France qui retourne dans son village natale et se confronté à l'hostilité générale. En 2006, paraît La deuxième épouse, mettant en scène trois femmes maghrébines fréquentées simultanément par le même homme, et inspiré, là encore, d'un fait divers. Suivent : J'ai épousé un Français, éd. Plon, 2009, Je ne suis pas Diam's, éd. Stock, 2015, Le corps de ma mère, éd. Joelle Losfeld, 2016 pour lequel elle a reçu le Grand prix Prix des cinq continents de la Francophonie 2016.

En 2017  Fawzia Zouari reçoit le Prix Provence Méditerranée pour son livre Le corps de ma mère.

"Les enfants, on m'a fait l'honneur de me nommer présidente du concours et j'en suis ravie. Je dois être à la hauteur, vous aussi. Le thème de cette année est passionnant parce qu'il contribue à mettre en valeur les femmes, leur rôle dans nos sociétés et leur capacité à nous tirer tous vers le haut et nous donner l'exemple. J'attends impatiemment de vous lire. Et, croyez-moi, c'est une belle aventure que la nôtre ! " Fawzia Zouari.

Née à Paris  en 1980 Camille de Peretti est née à Paris où elle a effectué toute sa scolarité dans une école internationale du 15ème arrondissement.  Après une hypokhâgne et une khâgne, elle intègre l’ESSEC. Pour payer ses études, elle est apprentie analyste financière dans une banque puis donne des cours de cuisine française à la télévision japonaise dans une émission appelée La Cuisine de Camille.

Une fois son diplôme en poche elle s'inscrit aux cours Florent et crée une entreprise d’événementiel
En 2005, elle publie son premier roman, "Thornytorinx" et tourne deux longs métrages, The Cutting Room Floor (Richard Roenpack) et Casting (Stéphane Robelin). 
En 2006, elle s’envole pour Londres et publie "Nous sommes cruels" 
Elle publie son troisième roman "Nous vieillirons ensemble" (Stock, févier 2008). 
En 2010 et 2011, elle publie plusieurs récits dans Next, le magazine mensuel de Libération.
La Casati, roman paru aux éditions Stock en 2011, relate le destin exceptionnel de la Marquise de Casati, plus riche héritière d'Italie au début du XXe siècle, qui voulait faire de sa vie une œuvre d'art. Brillante, exhibitionniste, fascinante, imprévisible et prenant l’extravagance très au sérieux, 
En juillet 2012, L'Optimum la classe n°86 dans le top des 100 femmes qui font fantasmer les Français.
En 2014, elle publie Petits arrangements avec nos cœurs, qui relate la fin d'une histoire d'amour entre deux jeunes gens qui traversent les États-Unis en voiture. Six mille kilomètres de culpabilité, de mensonges et de vanités.
En 2015, elle témoigne dans le magazine ELLE . Elle raconte son combat pour que son jeune fils autiste reçoive des soins adaptés1.
En 2016, elle publie Blonde à forte poitrine, roman inspiré de la vie et du destin tragique de la playmate Anna Nicole Smith. Source : www.camilledeperetti.com
•    2005 : Thornytorinx
•    2006 : Thornytorinx
•    2006 : Nous sommes cruels,
•    2008 : Nous vieillirons ensemble,
•    2011 : La Casati,
•    2014 : Petits arrangements avec nos cœurs, 
•    2016: Blonde à forte poitrine

Née à Annaba, Yasmina Taya a été présidente de l’association des femmes algériennes chefs d’entreprises SEVE qu’elle a créée en 1993. Elle en est désormais membre d’honneur.

Il faut peut-être rappeler que la première chef d’entreprise de l’histoire du monde arabe et musulman c’est la femme du prophète (QLSSSL). Elle était une commerçante ; elle commandait des hommes. Normalement l’intégration et la participation de la femme à l’économie ne devraient pas susciter de problème. Notre religion a été un exemple. Je pense qu’il y a eu certains codes sociaux qui n’ont rien à voir avec l’islam. Des codes sociaux  qui ont fait que la femme soit reléguée à certaines fonctions sinon directement à la maison. Il faut remonter assez loin pour expliquer cela. Après la colonisation la société algérienne s’est repliée sur elle-même pour préserver son identité. C’était un acte de résistance. Parce que la femme est gardienne des traditions, de l’identité. Mais aujourd’hui cela n’a plus sa raison d’être. Je me réjouis que les textes algériens soient égalitaires. Nous n’avons pas de textes d’exclusion. Le droit d’entreprendre est consenti sans aucune distinction. Le droit d’avoir un registre du commerce est consenti à tous les citoyens, qu’ils soient hommes ou femmes. Ce sont là des acquis. Les mécanismes qui existent, même si la participation de la femme reste pour moi très timide et qu’il faut encourager. C’est pour cela que je trouve que ce volet ouvert au ministère de la Solidarité, de la Famille et de la Condition féminine vient à point. C’est un sujet très intéressant, très important qui va permettre aux femmes d’accéder à plus de facilités et à être visibles. Nous avons travaillé en tant qu’association avec des moyens limités. Mais dès notre création en 1993, nous avons fixé trois objectifs. Et le temps nous a donné raison. Le premier était la formation parce qu’elle est un élément central dans l’entrepreneuriat. Vous avez un manager qui n’est pas formé, qui ne sait pas s’adapter, qui ne sait quelles sont les techniques de gestion élémentaires pour faire vivre sa société et lui assurer une croissance crescendo qui puisse donner à l’entreprise la place qu’il lui faut dans son environnement, elle ne pourra pas aller. A SEVE nous avons privilégié la formation. Ensuite l’information est capitale. Nous avons été à l’intérieur du pays dans les années 1994-95, après la création de l’association et nous y sommes allées aussi tout récemment. Vous serez surprise si je vous dis qu’il y a des étudiants qui ne connaissent  pas l’existence de l’ANSEJ, de la CNAC. Il faut donner de l’information à tout le pays. Et c’est ce que va faire la ministre. Le ministère va faire une tournée à travers tout l’Algérie. C’est excellent. Nous l’avons fait mais avec des moyens d’une association. Nous avons aussi souligné l’importance de la connexion entre l’université et l’entreprise. C’est important pour l’orientation des sujets de recherche. Il faudra que ces sujets au niveau de certains instituts profitent directement à l’économie nationale. C’est comme cela que l’on avancera.
L’association des Femmes chefs d’entreprises algérienne (FEVE), a été récemment admise au rang de membre titulaire de plein droit à l’association mondiale des Femmes chefs d’entreprises (FCEM)
Yasmina Taya a relevé que l’accès de FEVE au statut de membre titulaire de plein droit à cette association mondiale « a été consigné dans la déclaration de Marseille ».
Elle a souligné que l’association FEVE (savoir et vouloir entreprendre), est membre de la tripartite en Algérie et participe activement à diverses rencontres nationales et internationales.
« La FEVE est aussi une association, qui depuis 1999 octroie chaque année, un trophée à la meilleure femme chef d’entreprise », a rappelé Yasmina Taya ajoutant que cette même initiative verra le jour à FCEM qui a décidé lors de la session de Marseille d’octroyer des prix à des femmes chefs d’entreprises.

Yasmina Taya, membre de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme (CNCPPDH). Elle conduit en Italie une délégation d’experts algériens, issue des institutions d’Etat et de la société civile, venus à la rencontre de leurs homologues italiens.
Prix d'Economie 'le LAZIO entre l'Europe et la Méditerranée"
Prix du Développement Durable, au titre de l'Afrique, Groupe Vuitton, Fondation Vve Clicquot
Présidente d'Honneur à vie de l'Association SEVE
Présidente de la S/Commission permanente des relations extérieures et de la coopération
Commission Nationale Consultative pour la Promotion et la Protection des Droits de l'Homme
Co-Présidente du Comité de suivi pour le Dialogue Sud/Nord
Présidente du Comité "Algérie" pour le Dialogue Sud/Nord
Membre Fondateur de la Fondation du Dialogue Sud/Nord
 
 

Docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne, elle vit à Paris depuis 1979. Elle travaille durant dix ans à l'Institut du monde arabe - à différents postes dont celui de rédactrice du magazine Qantara - avant de devenir journaliste à l'hebdomadaire Jeune Afrique en 1996.

Mariée à un Français et mère de deux enfants, Fawzia Zouari a fait le choix de défendre les valeurs de la République, dont la laïcité qu'elle estime en danger en raison de la montée de l'islamisme. La caravane des chimères, publié en 1989, et qui reprend le sujet de sa thèse, est consacré au parcours de Valentine de Saint-Point, petite-nièce d'Alphonse de Lamartine, égérie du futurisme, qui a voulu réconcilier l'Orient et l'Occident, et s'est installée au Caire après s'être convertie à l'islam. Ses ouvrages suivants évoquent, pour la plupart, la femme maghrébine installée en Europe occidentale. Ce pays dont je meurs, publié en 1999 et inspiré d'un fait divers, raconte de façon romancée la vie de deux filles d'ouvrier algérien, déracinées, aussi mal à l'aise dans leur société d'origine que dans leur pays d'accueil. La Retournée, roman publié en 2002, narre sur un ton ironique la vie d'une intellectuelle tunisienne vivant en France qui retourne dans son village natale et se confronté à l'hostilité générale. En 2006, paraît La deuxième épouse, mettant en scène trois femmes maghrébines fréquentées simultanément par le même homme, et inspiré, là encore, d'un fait divers. Suivent : J'ai épousé un Français, éd. Plon, 2009, Je ne suis pas Diam's, éd. Stock, 2015, Le corps de ma mère, éd. Joelle Losfeld, 2016 pour lequel elle a reçu le Grand prix Prix des cinq continents de la Francophonie 2016.

En 2017  Fawzia Zouari reçoit le Prix Provence Méditerranée pour son livre Le corps de ma mère.

"Les enfants, on m'a fait l'honneur de me nommer présidente du concours et j'en suis ravie. Je dois être à la hauteur, vous aussi. Le thème de cette année est passionnant parce qu'il contribue à mettre en valeur les femmes, leur rôle dans nos sociétés et leur capacité à nous tirer tous vers le haut et nous donner l'exemple. J'attends impatiemment de vous lire. Et, croyez-moi, c'est une belle aventure que la nôtre ! " Fawzia Zouari.

Fondatrice et présidente de la Fondation May Chidiac - Institut des médias. Professeur à Notre-Dame University (NDU). Journaliste depuis 30 ans, May Chidiac  démarre sa carrière à la station de radio La Voix du Liban et Radio Liban Libre.

Présentatrice du journal télévisé et reporter de guerre à LBC.. En raison de la guerre fratricide qui se déclenche en 1989, Chidiac déménage en Suisse et travaille comme attachée de presse auprès de l’Ambassade du Liban à Bern. Ne pouvant supporter d'être loin de son pays, elle retourne au Liban et reprend son travail en tant que présentatrice du JT et modératrice d’un talk show politique matinal qui bat des records d’audience à la télévision. A travers son émission, « Nharkom Saiid »  et « Mouwajaha » (1998 à 2005) Chidiac s’est battu pour la liberté pour le peuple libanais quand peu ont osé se prononcer contre l'état de la tyrannie. Durant cette période elle a souvent été menacée de mort. Six mois après l'assassinat de l'ancien premier ministre Rafic Hariri en 2005, Chidiac est la cible d’un attentat à la voiture piégée qui lui  coute la perte de sa jambe et son bras gauches.

Après dix mois de nombreuses interventions chirurgicales, de traitements et de programmes de réhabilitation au Liban puis en France, elle retrouve le petit écran dans un talk show politique en prime time intitulé «Bi Kol Joraa» qui se traduit par «avec audace». 
May Chidiac obtient son doctorat en "Sciences de L'information et de la communication" avec les félicitations du jury, de l'Université Panthéon-Assas, Paris II en 2008. Elle  poursuit depuis son métier de professeur universitaire en journalisme et radio/télé à Notre Dame University- Louaize (NDU) jusqu'à présent. 
En juin 2016, elle reçoit un Doctorat Honoris Causa de l'Université américaine de science et technologie (AUST).

En 2006, Chidiac publie un livre témoignage intitulé: "Le Ciel m'attendra" qui reçoit le "Prix Vérité" - Le Cannet, France.

Suit en 2014, un ouvrage très élaboré en langue française sur les dessous de la télévision au Liban intitulé "La télévision mise à nu". Les traductions anglaises et arabes seront publiées en 2016. Le livre a reçu le "Prix Phoenix" de Littérature qui récompense les livres en langue française, écrits par des auteurs libanais en 2014.

Tout au long de sa carrière, Chidiac reçoit de nombreux prix internationaux dont le « Prix de la Francophonie pour la liberté d'expression », le « Prix UNESCO Guillermo Cano pour la liberté de la presse »  en 2006. Plus tard cette même année en juin, avec le soutien du président des Etats-Unis Bill Clinton, la secrétaire d'Etat Mme Condoleezza Rice félicité Chidiac pour le Prix UNESCO et met en évidence son travail remarquable en tant que figure importante du monde des médias. En Octobre 2006, elle a reçu le prix «Courage in Journalism» de l’International Women’s Media Foundation  (IWMF) qui lui a été remis à Los Angeles, New York et Washington. Le travail de l'IWMF célèbre le courage des femmes journalistes.

En mai 2007, elle est décorée par le président de la République française, Jacques Chirac de la médaille de «Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur » à l'Elysée. 
Elle est membre du Panel de haut niveau sur la paix et le dialogue entre les cultures - UNESCO (nouvelles voies pour la paix). Cette même année, Clarins honore le Dr May Chidiac avec le prix «Femme de l'année». En Avril 2010, l’International Press Intitute, (IPI)  basée à Vienne présente May Chidiac comme une héroïne de l’histoire de la presse et lui remet le prix « World Press Freedom Hero »  

May Chidiac est également récompensée dans le monde arabe et remporte de nombreux prix. En 2008, le gouvernement koweïtien, en présence du prince héritier Sabah Al Ahmad Al Sabah, lui a remis un prix honorifique. Cette même année, elle reçoit aussi un prix d'honneur à Abu Dhabi par le prince héritier Mohammad Ben Zayed Al Nahyan. Plus tard cette année à Dubaï, le prince Mohammad Bin Rashed Al Maktoub lui a remis le « Prix de la liberté d'expression ». Un an plus tard, le ministère de l'Information égyptien lui décerne le «Prix du journalisme annuel » au cours du festival de cinéma et télévision au Caire.

Par ailleurs, May Chidiac a également participé à de nombreux symposiums et colloques importants. En 2013 elle a été l’invitée de l'Université de Sidney aux Ideas Talks. Elle participe au Symposium de la résolution 1325 de l'ONU à Vienne en 2014 à travers une invitation qui lui a été adressée par le Parlement autrichien et au Congrès de l’International Press Institute (IPI) en Afrique du Sud en 2014 et en Jordanie en 2013; au Colloque international de l’UNESCO à Beyrouth, et le Forum mondial de l'UNESCO sur les médias et de l'égalité en Thaïlande en 2013 et son ancien Forum régional pour le développement des médias, et son Symposium pour la liberté d'expression. Elle a également participé au Women’s Forum à Deauville, France en 2007 et 2014. 

En 2016, elle  participe à la conférence organisée en Colombie à l’occasion de la célébration du 30ème anniversaire de l'assassinat de Guillermo Cano, étant elle-même une lauréate emblématique de ce prix. 

Aussi en 2016, elle est vice-présidente du Jury International lors d’un concours organisé par l'UNESCO à Paris pour les personnes ayant des besoins spéciaux.

Elle est apparue de nombreuses fois sur les différents médias internationaux, dont CNN, Al Jazeera , SkyNews, BBC, Al Arabiya, Euronews, France 2 , France 3, TF1, LCI, Canal+ , CBS Canada, ABC Australie, etc.

En 2009, lors du quatrième anniversaire de la tentative d'assassinat qui l’a touchée, Chidiac  lance les deux organisations à but non lucratif, la Fondation May Chidiac (MCF) et son Institut des médias affilié (MCFMI). MCF est dédiée à la formation, la recherche et l'éducation sur les questions des médias, de la démocratie et le bien-être social.

MCF estime qu'en renforçant les qualités des journalistes, l’information devient plus fiable et plus juste et peut être utile au plus grand nombre plus longtemps.
Cela permettrait de consolider les bases nécessaires pour favoriser la liberté d'expression, les droits de l'homme, la démocratie et la bonne gouvernance.

Parmi les nombreuses activités de la Fondation May Chidiac les conférences annuelles, Free Connected Minds (FCM) et Women on The Front Lines (WOFL), et sa cérémonie de remise de prix la non moins célèbre MCF Media awards Ceremony qui a acquis une reconnaissance internationale et a honoré des figures de haute importance.  
En décembre 2016, MCF dépasse les frontières libanaises et organise WOFL, pour la première fois en Jordanie, à Amman, sous le Haut patronage de Sa Majesté, La Reine Rania Al Abdullah. 

L’Institut des médias propose des activités diverses, de la formation, des ateliers et des séminaires qui s’accordent avec les objectifs de l'organisation. L'Institut des médias vise à combler le fossé entre l'industrie des médias et le milieu universitaire, fournissant aux étudiants et aux professionnels des facilités techniques  avec le savoir-faire nécessaire et des programmes de formation afin d'améliorer leurs compétences et leur compétitivité sur le marché du travail. MCF a établi des nombreux partenariats avec plusieurs institutions dont l'UNESCO, l’Institut français du Liban et l'ambassade américaine au Liban. 
En, MCF lance également ALAC (Academy of Leadership and Applied Communication), une académie dédiée à la mise en valeur du leadership et de la communication remettant aux étudiants des diplômes certifiés par l’Etat libanais. ALAC créera des partenariats avec médias internationaux donc le groupe France Médias Monde. 

Pour plus d’informations : www.maychidiacfoundation.org

De nationalité Tchèque. Adriana Karembeu étudie à la faculté de médecine de l'Université Charles à Prague et lors de sa 3e année de médecine, en 1992, qu'elle est remarquée lors d'un concours de beauté. Elle mesure 1,84 m et est connue pour avoir des jambes parmi les plus longues du monde de la mode (1,26 m).

Son billet d'avion en poche, elle part pour Paris afin de débuter une nouvelle vie. Installée dans un appartement avec d'autres mannequins débutants ses débuts sont difficile, elle reste 8 jours sans manger car, elle n'a pas d’argent et ne parle que le slovaque et le russe et n'ose demander d'avance à personne. Son premier travail en tant que mannequin fut une séance photo et elle confiera plus tard lors d'une interview que ce jour-là, elle a gagné en une journée ce que sa mère gagnait en un an. Elle défile pour de grandes marques comme Thierry Mugler, Rochas, Karl Lagerfeld, Givenchy ou encore Lanvin, Roberto Cavalli. Elle est photographiée par les plus grands photographes de mode et fait aussi la couverture de nombreux magazines  
En 2004, Adriana Karembeu participe à une opération organisée par Reporters sans frontières pour apporter un soutien financier aux familles des vingt-neuf journalistes emprisonnés à Cuba. Elle est nommée « Ambassadrice Slovaque dans le monde ».En 2004, sort le film Trois petites filles du réalisateur Jean-Loup Hubert ; En 2005, Adriana Karembeu crée sa gamme de cosmétiques SILICIUM+. En 2006, elle est élue la femme la plus sexy du monde par FHM France. En février 2007, Adriana Karembeu joue dans Adriana et moi, une fiction de quatre-vingt dix minutes dont elle est l'héroïne. En automne 2007, elle présente et est présidente du jury de Top Models.   En juillet 2008, elle apparaît dans l'émission Rendez-vous en terre inconnue sur France 2 où elle passe deux semaines chez les Amharas, une tribu chrétienne d'Éthiopie.  2012: "RETOUR EN TERRE INCONNUE" en ETHIOPIE. Elle a été la seule à vouloir refaire ce voyage pour voir ce qu'étaient devenus ses amis laissés là-bas. 2012/2015:Elle co-présente la nouvelle émission sur FRANCE 2 "LES POUVOIRS EXTRAORDINAIRES DU CORPS HUMAIN". -Ascension du Mont Blanc -Les animaux en Tanzanie 2012: Animatrice Vedette "POUR LE MEILLEUR ET POUR LE PIRE"  2013: A CUBA   l'aventure de PEKIN EXPRESS   2013: Monte les marches du Festival de CANNES    
ACTIVITES CARITATIVES En 1999, Adriana soutient la lutte contre les mines antipersonnel. En 2000, elle aide la Croix-Rouge française dans sa campagne « Des gestes qui sauvent » de formation aux premiers secours (et participe directement au contenu du livre et du CD-ROM, édité en 2002 avec le même nom, remis aux stagiaires de la formation officielle à l'AFPS, CD-livre diffusé aussi à prix modique en librairie pour aider au financement de cette campagne qui espère former 20 % de la population française aux premiers secours en moins de dix ans, soit près de deux millions de stagiaires par an dans les centaines de centres de formation agréés partout sur le territoire et dans les écoles). Depuis mars 2010, elle est l'ambassadrice du football féminin pour la Fédération française de football (FFF). Marraine de la fête des quarante ans du football féminin, elle s'est encore engagée plus durablement pour cette cause et sera amenée à se rendre à des matches, des rassemblements de masse, des événements en région, des visites de clubs ou d'écoles de football au féminin. Son message portera sur l'intérêt de la pratique féminine et de la nécessité d'intégrer les femmes dans toutes les structures et à tous les niveaux. Elle est toujours ambassadrice de la Croix-Rouge.   FILMOGRAPHIE : 2000 : Un gars, une fille de Isabelle Camus et Hélène Jacques, 2004 : Trois petites filles de Jean-Loup Hubert, 2007 : Adriana et moi de Williams Crépin, 2008 : Astérix aux Jeux olympiques de Thomas Langmann et Frédéric Forestier, 2012 : Scènes de Ménage (Série M6)    2012 : RIS (Série TF1)    2013 : Scènes de Ménage ( Série M6) 2014 : Section de Recherches (Série TF1), 2014 : Nos Chers Voisins (Série TF1), 2014 : Doc Martin (TF1)    2014 : Meurtre à ETRETAT réalisé par Laurence KATRIAN (rôle principal)  France 3,  2015 : Scènes de Ménage M6

André Azoulay est né au Maroc, à Essaouira, le 17 avril 1941 dans une famille juive marocaine. Il est aujourd’hui journaliste, homme d'affaires, politologue et homme politique marocain. Conseiller des souverains Hassan II et Mohammed VI, époux de l'écrivain Katia Brami, il est à l'origine de l'ambitieux programme de transformation de la ville d'Essaouira.

Il préside notamment l'Association Essaouira-Mogador et le Printemps Musical des Alizés. André Azoulay est également :  Président élu de la Fondation Euro-Méditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures, basée à Alexandrie (Égypte),
Membre du Comité des Sages pour l’Alliance des Civilisations à l'ONU,  Président Délégué de la Fondation des Trois Cultures et des Trois Religions, basée à Séville (Espagne),  Administrateur du Forum Méditerranéen et du Centre Shimon Peres pour la Paix, Ambassadeur de volonté de la Principauté de Monaco. En 1966, André Azoulay quitte le Maroc pour Paris après avoir travaillé en tant que rédacteur du quotidien « Maroc-informations ». En 1976, il prend la tête d’une organisation marocaine appelée  « Identité et dialogue », dont le premier objectif est de faire connaître l’histoire juive séfarade et de corriger l’image négative d’une culture qui a longtemps souffert d’être perçue comme une « culture de seconde zone ».  Le second objectif de l’association est le dialogue entre Juifs et Arabes et la promotion du dialogue interculturel. Professionnellement, André Azoulay dirige le département de relations publiques de la Banque Paribas à Paris, mission pour laquelle il reçoit un prix français en 1990. Il travaille par la suite à Eurocom Corporation. Pendant ce temps-là, Monsieur Azoulay ne cesse de faire connaître le Maroc comme exemple d’une coexistence possible entre Juifs et Arabes et d’organiser notamment à Rabat des conférences entre Juifs et Arabes pour mettre fin aux stéréotypes.
 

Thierry Dusautoir est joueur de rugby à XV français. Il est né le 18 Novembre 1981 à Abidjan en Côte d’Ivoire, d’un père français et d’une mère ivoirienne. Il a commencé le rugby à l'âge de 15 ans à Périgueux, sport pour lequel il est professionnel depuis 2001.  

Il a été élu meilleur joueur du monde pour l’année 2011 par l’International Rugby Board. Il est actuellement capitaine de l'équipe de France de rugby et du Stade Toulousain. Parallèlement à sa carrière de rugbyman, Thierry Dusautoir a obtenu un diplôme d'ingénieur en chimie des matériaux de l'Eole Nationale Supérieure de Chimie et Physique de Bordeaux. Il gère également sa société MS Innovations, spécialisée dans l'envoi de SMS et dans les solutions digitales. Il est actuellement parrain des associations Rebonds et Oscar's Angels.
www.thierrydusautoir.fr

Sa passion commence à l’âge de 8 ans. Son père, médecin en Bretagne et pilote privé, l’emmène voler à l’aéroclub. Elle assiste à une démonstration de voltige de son instructeur qui lui propose ensuite de monter dans l’avion. La petite fille est émerveillée et son horizon s’élargit. « Trouve ce que tu aimes faire et développe le »  lui avaient inculqué ses parents.

Ce vol est pour elle une révélation. A quinze ans, elle effectue son premier vol seule puis est brevetée pilote à 17 ans. « C’est très jeune quand j’y repense. Mais ça m’a permis de rentrer dans le monde adulte et d’avoir le sens des responsabilités. »  Dès son plus jeune âge, Catherine Maunoury s’est intéressée aux avions. Née en 1954 en Normandie, elle n’a que huit ans quand son père, médecin pilote, l’emmène voler pour la première fois. Encouragée, elle a quinze ans pour son premier vol en solo et devient la plus jeune pilote brevetée à 17 ans. Sa passion la mène au plus haut niveau de la compétition : elle accumule les titres aux championnats de France, d’Europe et du Monde et se situe toujours aujourd'hui parmi les meilleures femmes pilotes mondiales.  Après avoir gagné son second championnat du monde en 2000, douze ans après son premier titre, à force d’entrainement et de persévérance dans la motivation, forte de son expérience de gestion des équipages long courrier d’Air France, elle décide d’arrêter la compétition pour se consacrer au coaching de pilotes, à la présentation aérienne et au partage de son expérience à travers des conférences et diverses interventions. Les qualités qu’elle a su mettre en œuvre dans ses différents domaines de compétence et d’excellence ne sont-elles pas aujourd’hui requises dans la vie professionnelle en entreprise et, en fin de compte, dans la vie quotidienne ?La voltige aérienne n'est pas de « l'acrobatie » fantaisiste, mais une école d'excellence où se mêlent plaisir, entraînement et patience car le pilote est à la recherche permanente de la performance technique et de l'expression esthétique optimales. C’est aussi un sport de haut niveau codifié. En compétition, les figures sont répertoriées et présentées dans des programmes, connus, libres, inconnus, comme en patinage ou en gymnastique. La créativité s’exprime, elle, dans la présentation publique et en show aérien. Cependant, même là, l'improvisation est totalement exclue car le niveau de sécurité exigé est extrême. Elle exige donc d’allier :
•    Aptitude à penser et agir rapidement
•    Capacité à anticiper
•    Capacité à gérer les situations extrêmes
•    Résistance physique
Curriculum Vitae de Catherine Maunoury
La femme : Pilote avion brevetée depuis l'âge de 17 ans. Maîtrise de philosophie. Mère de 2 enfants. Membre du conseil de l’Aéroclub de France. Membre de l’Académie Nationale de l’Air et de l’Espace.
La championne : Double Championne du Monde. Dix fois Championne de France
Ses distinctions : Prix Icare. Médaille de l'Aéronautique. Officier de l'Ordre du Mérite. Officier de la Légion d'Honneur

Catherine Maunoury a été nommée directrice du musée de l’air et de l’espace du Bourget. Elle a pris ses fonctions le 10 août dernier. Rencontre avec une passionnée de voltige aérienne, sacrée deux fois championne du monde et dix fois championne de France dans cette discipline.
Combativité et humanité
 
Pour faire rayonner le musée, Catherine Maunoury regorge d’idées. Sacrée deux fois championne du monde et dix fois championne de France de voltige aérienne, Catherine est une femme de défis. Elle considère son poste de directrice du musée comme un « nouveau challenge, un nouveau championnat du monde.Catherine est bien décidée à mettre en avant des projets dans le sens du rayonnement et de la beauté du musée : reconstructions historiques avec d’autres musées européens, partenariat avec la Cité des sciences, avec le CNES (Centre national d’études spatiales), baptêmes de l’air, développement de la simulation qui fait partie intégrante de la vie des aviateurs, réhabilitation de l’ancienne aérogare et de la tour de contrôle emaunouryc@catherine-maunoury.fr ou  catherine.maunoury@museeairespace.fr

Nationalité : France. Né(e) à : Antananarivo, Madagascar , le 03/06/1962. Frédéric Lenoir est philosophe, sociologue, historien des religions, conférencier et écrivain.  Peu intéressé par l'école, il se passionne à l'adolescence pour la littérature, dévorant Hesse et Dostoïevski, et se prend d'intérêt pour la philosophie en lisant "Le Banquet" de Platon. 

Intéressé par la pensée de Jung et les questions religieuses, après son baccalauréat, il entreprend des études de philosophie à l'Université de Fribourg, en Suisse et a pour professeur Emmanuel Lévinas. Il mène ensuite une quête spirituelle en Inde, en Israël et dans des monastères en France. En 1986, il entame à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) une thèse de doctorat en sociologie sur la rencontre du bouddhisme et de l'Occident qu'il obtiendra avec les félicitations du jury à l'unanimité en 1999. En 1986, il entre aux Éditions Fayard comme Directeur littéraire, poste dont il démissionnera en 1991 pour se consacrer à l'écriture et à la recherche. À partir de 1996, il collabore à L'Express et tient une chronique dans Psychologies magazine avant de prendre, en 2004, la direction du magazine "Le Monde des religions", un bimestriel qui dépend du quotidien "Le Monde", et qui aborde le fait religieux de manière distanciée. Il démissionne de son poste de directeur le 23 octobre 2013. Depuis septembre 2009, il produit et anime une émission hebdomadaire sur France Culture : "Les racines du ciel", consacrée à la spiritualité. Il est chercheur associé au Centre d'études interdisciplinaire du Fait religieux CEIFR. Auteur d’une quarantaine d’ouvrages (essais, romans, contes, encyclopédies), traduits dans une vingtaine de langues et vendus à cinq millions d’exemplaires, il écrit aussi pour le théâtre, le cinéma et la bande dessinée. Sa pièce "Bonté divine", avec Roland Giraud, a été jouée à Paris en 2009.
 1998. Il co-réalise pour la 5 une série documentaire de cinq heures consacrée au phénomène sectaire dans le monde : Sectes, mensonges et idéaux.  Il sera l’auteur de plusieurs autres documentaires TV.
2001. Publication de son premier roman, une fable morale, Le Secret. Les deux romans historiques qui suivront – La Promesse de l’ange (avec Violette Cabesos) en 2004  et L’Oracle della Luna (2006) – se vendront à plus d’un million d’exemplaires dans une vingtaine de pays.
 2003. Il publie un livre d’entretiens avec son ami Hubert Reeves, Mal de Terre, qui lance un cri d’alarme face aux menaces pesant sur la planète. 
2004-2013. Il dirige la rédaction du magazine Le Monde des religions qui offre une approche laïque et culturelle du fait religieux. Auparavant, il a régulièrement collaboré à L’Express et à Psychologies Magazine.
2009. Pièce de théâtre Bonté Divine, La pièce a été jouée à Paris, en province, en Suisse et en Belgique de manière ininterrompue depuis sa création en janvier 2009 jusqu’en mars 2011
 Il devient aussi producteur et animateur avec Leili Anvar de l’émission Les racines du ciel sur France Culture. 
2011. Il devient le parrain de l’association Le Pari solidaire, qui crée du lien de solidarité intergénérationnel en mettant en relation des personnes âgées isolées et des étudiants à faible ressources qu’elles hébergent.
2009-2013. Il publie plusieurs ouvrages de philosophie existentielle qui touchent un large public, parmi lesquels Socrate, Jésus, Bouddha (Fayard), Petit traité de vie intérieure (Plon),  L’âme du monde (NiL) et Du bonheur, un voyage philosophique (Fayard).
2013. Avec l’association 30 millions d’amis, il s’investit pour la cause animale et cosigne avec 23 intellectuels un manifeste pour modifier l’article 528 du Code Civil qui définit les les animaux comme « des biens meubles ». La pétition qui s’ensuit recueille 800 000 signatures. L’amendement est finalement adopté par l’Assemblée Nationale le 28/01/2015. Il reconnaît les animaux comme des « êtres vivants doués de sensibilité ».
2014. Publication d’un essai sur le pape François « François, le printemps de l’Evangile » et d’un conte pour enfants « Cœur de cristal ».
2015. Il publie un essai « La Puissance de la joie ».
2016. Création de la Fondation SEVE, Savoir Être et Vivre Ensemble (sous l’égide de la Fondation de France), dont la mission principale est de former des animateurs et des formateurs d’ateliers de philosophie et de méditation dans les écoles.
Co-fondateur de l'association "Environnement sans frontières", il est fortement engagé dans la cause écologique et a écrit avec l'astrophysicien Hubert Reeves "Mal de terre" (2003).
Militant pour la cause animale, il rejoint en 2012 le jury du prix littéraire 30 Millions d'Amis.
site officiel : http://www.fredericlenoir.com/ 

Né en Vénitie, il vient à Paris à l’âge de six ans. Après sa scolarité, il devient carreleur tout en jouant de la guitare. D’abord amateur il choisit finalement la batterie. Devenu musicien professionnel, il tourne dans les clubs parisiens avec souvent les américains de passage, comme Jackie Maclean, Don Cherry, Bud Powel, Steve Lacy, Chet Baker, puis dans toute l’Europe. En 1966 et 1967, il part à New York. Il revient et vit entre Rome et Paris.

Dans les années 70, il crée un groupe Pop dans lequel il chante et écrit de la musique. C’est le départ d’une carrière de compositeur. Les disques sous son nom se font réguliers, les formations également, tout en restant batteur avec divers orchestres, ceux de Michel Portal, Enrico Rava, Henri Texier, etc. Dans les années 90, il signe avec Universal Music cinq albums qui le feront connaître encore plus dans les médias... Il est promu Officier des Arts et Lettres, et en 2004 reçoit Le JazzPar, Prix Nobel du Jazz à Copenhague. En 2005, il chante des standards dans un album produit par Francis Dreyfus qui sera son producteur exclusif. Carla Bruni fait partie du casting dans un duo en italien. Les projets s’enchaînent avec succès. Il n’a pas dit encore son dernier mot…
 

Réalisateur, présentateur et cameraman, Antoine de Maximy parcourt la planète ;  ses pas l’ont conduit dans plus de quatre-vingts pays depuis une trentaine d’années. Après avoir arrêté ses études au niveau du lycée, il s'engage dans l'armée dans la section cinéma et y fait ses premiers pas dans la réalisation.

Envoyé à Beyrouth pendant la guerre civile, il y réalise un documentaire sur les Casques Bleus. Antoine y découvre son attrait pour l'aventure, le reportage de guerre, le voyage vers l'inconnu... Il est engagé par la chaîne CBS news pour couvrir la guerre Iran-Irak. Spécialiste des tournages à l’étranger (actualité internationale, films animaliers et expéditions scientifiques), il a réalisé de nombreux documentaires, depuis le cœur d’un volcan au Congo jusque dans les gouffres de glace du Groenland, et même par 5 000 mètres de fond dans les abysses du Pacifique. Il a également présenté plusieurs émissions pour France Télévisions. Il a réalisé ou présenté une trentaine de documentaires, dont  Animal Zone, Zone sauvage, Les nouveaux mondes, Emmenez-moi (coproduite avec le Routard) et Au-delà des dunes sur France 2, ainsi que J'irai dormir chez vous sur France 5.  Il continue à voyager pour la série J’irai dormir chez vous, dont il est l’auteur. D’aventures en aventures, Antoine de Maximy a réalisé en 2008 un long-métrage projeté sur les écrans de  cinéma : J’irai dormir à Hollywood.

Bernard Werber est un écrivain français né le 18 septembre 1961 à Toulouse. Il est principalement connu pour sa Trilogie des Fourmis. Son œuvre, traduite dans une trentaine de langues, fait se rencontrer philosophie, spiritualité, science-fiction, polar, biologie, mythologie, etc. L'auteur qualifie parfois ses romans de « philosophie-fiction ».

Dès l’âge de 13 ans, il écrit des histoires pour un fanzine, partie de sa vie qui lui servira pour ses romans. Après ses études à l'Institut de Criminologie de Toulouse et à l'École Supérieure de Journalisme de Paris, il devient pigiste dans plusieurs journaux (L'Événement, Le Point, Magazine, etc.) puis journaliste scientifique de 1983 à 1990 au Nouvel Observateur. Il rédige aussi des billets d'humeur dans le magazine Eurêka. De ces années lui vient son goût pour la science, qu’il mêle avec ses thèmes favoris, des fourmis à la mort, jusqu’aux origines de l’humanité. Bernard Werber publie son premier roman, Les Fourmis, en 1. Ses œuvres ont été traduites en trente-cinq langues. Bernard Werber est, avec Marc Levy, l'un des auteurs français contemporains les plus lus au monde.  Bernard Werber est membre du collectif d'écrivains français « La Ligue de l'Imaginaire », créé en 2008. Suite à son livre éponyme, il a initié l’Arbre des possibles, « projet pour rechercher ou imaginer les futurs possibles de l’humanité ». Le premier long métrage de cinéma réalisé par Bernard Werber, « Nos amis les Terriens », est sorti en avril 2007 et a été produit par Claude Lelouch.
www.bernardwerber.com 
 

pleinement au sport automobile. Il est lauréat de l’école de pilotage de Nogaro en 1978 et remporte le Grand Prix de France en Formule Renault. Pilote de Formule 3 pour l’Ecurie Streiff Racing en 1979, il est Champion de France en 1981 et termine 2ème aux 24 Heures du Mans du Rondeau-Ford (avec J.L. Schlesser).

 Pilote de Formule 2 (AGS-BMW) et Pilote d’essais Renault F1 entre 1982 et 1984, il est Champion de France en 1982 et 1er de la finale du Championnat d’Europe en Angleterre en 1984. Il termine 3ème aux 24 Heures du Mans sur Porsche. En 1984, Philippe Streiff est titularisé en Formule 1 chez Renault jusqu’en 1986. En 1987, il court pour Ford et est Vice-champion du Monde de F1 atmosphériqueEn mars 1989,  lors des essais du Grand Prix de Formule 1 du Brésil à Rio de Janeiro, Philippe Streiff est victime d’un grave accident. Devenu tétraplégique, il doit envisager sa reconversion.  De 1992 à 2002, il organise les Elf Masters de Karting au Palais Omnisports de Paris-Bercy, ainsi que le Jacadi Trophy, rallye de sensibilisation à la sécurité routière des enfants de 7 à 16 ans.  Il reçoit la Médaille de Chevalier de la Légion d’Honneur en 1995, au titre de la création d’un nouveau sport de loisir : le karting indoor, et fonde le Streiff Kart à Paris, Porte de la Chapelle. Sa société Streiff Service Plus participe au développement du mini-manche, système de conduite pour handicapés lourds, et crée les systèmes Handibip et Handipark pour faciliter l’accueil des personnes handicapées au volant. Très actif sur le terrain des conditions de vie des personnes handicapées, Philippe Streiff devient en 2002 Conseiller Technique à la Délégation Interministérielle aux Personnes Handicapées (DIPH), placée sous la tutelle du Ministère de la Santé et des Solidarités.  Depuis 2007, il est Conseiller Technique Handicap à la Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routières (DSCR), sous la tutelle du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie.             

Ses engagements sont nombreux :

  • Administrateur du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS) et du Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP).
  • Ambassadeur du « Défi pour la Terre » de la Fondation Nicolas Hulot.
  • Membre des Comités Exécutifs de la Fondation Norauto et de la Fondation Geodis.
  • Parrain de l’Institut de Recherche pour la Moelle épinière et l’Encéphale (IRME), de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM) et de la Fondation Red-Bull « Wings for Life ».

www.philippe.streiff.com

Né à Paris , le 11/08/1954. Akli Tadjer est un écrivain et scénariste franco-algérien. Passionné de lecture, il suit les cours de l'école de journalisme de la Rue du Louvre à Paris. En 1984, un voyage en Algérie lui inspirera son premier roman : "Les A.N.I du Tassili" (couronné par le prix Georges-Brassens) dont il fera l'adaptation pour la télévision. C'est ainsi qu'il débute une carrière de scénariste. Akli Tadjer est l’auteur de plusieurs romans, dont "Le Porteur de Cartable" (2002), qui a fait l’objet d’une adaptation télévisuelle et le très remarqué "Alphonse" (2005).

Akli Tadjer reçoit le prix du Roman Populiste 2006 pour son ouvrage 'Bel-Avenir'. En 2009 et 2012, "Western comédie sociale" et "La Meilleure façon de s'aimer", roman très personnel sont publiés.

Bibliographie

1985 : Les A.NI. du Tassili (Prix Georges Brassens 19852)
2000 : Courage et patience (Grand Prix du Var)
2002 : Le Porteur de cartable (Prix Maghreb-Méditerranée-Afrique)
2005 : Alphonse
2006 : Bel-Avenir (Prix populiste 2006)
2008 : Il était une fois… peut-être pas (Prix auféminin.com. Prix des lecteurs du Var)
2009 : Western
2012 : La Meilleure Façon de s'aimer
2014 : Les Thermes du paradis, Prix Albert Bichot dans le cadre du Salon de Livres en Vignes 2014
2015: Un semplice gesto di tenerezza : Garzanti
2015 Paradisbaden : Sekwa
2016: La Reine du Tango (Prix Nice Baie des Anges)
2016: Das Paradis gleich um die ecke : Blanvalet
Scénographie:

1986 Le Passager du Tassili
1986 Messieurs les jurés "L'Affaire Kerzaz" de Michèle Lucker
1989 Sixième gauche
1990 Fruits et légumes
1995 Le Ferme Crocodile
1999 Maigret et le fantôme
2002 L’Étalon (dramatique radio)
2011 Il était une fois...peut-être pas